Election des Sénateurs du 24 mars 2018 , La CEI explique le mode opératoire aux Préfets

Publié le 25-02-2018

Election des Sénateurs du 24 mars 2018 , La CEI explique le mode opératoire aux Préfets

A l’initiative du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, la Commission Electorale Indépendante (CEI) a eu une séance de travail, ce vendredi 23 février 2018   à l’Hôtel de ville d’Abidjan, sur l’élection des Sénateurs avec les Préfets de Région. Dès l’entame de la réunion, le Président de la CEI, Youssouf Bakayoko, a rappelé que le défi de l’Institution qu’il dirige est de réussir, à nouveau, à organiser un scrutin paisible et incontestable. « Le véritable défi qui est lancé à la Commission Electorale Indépendante est de réussir à organiser ce scrutin, dans le respect des normes de fiabilité, de transparence et d’équité, a-t-il insisté. Que les verdicts proclamés soient conformes à la volonté du peuple, exprimée dans les urnes, et que tout cela se passe partout dans un environnement apaisé. Et nul ne l’ignore, ce résultat ne peut guère être atteint sans l’apport du corps préfectoral». Il a souligné la spécificité de cette élection, un scrutin universel indirect, sans toutefois oublier de noter que  les candidatures sont ouvertes et que la compétition électorale mettra aux prises, plusieurs candidats, issus de plusieurs partis politiques. « Comme toute élection donc, celle-ci aussi est susceptible de susciter de fortes tensions en certains endroits, a admis le Président Bakayoko. C’est pourquoi votre implication, Mesdames et Messieurs les Préfets, est sollicitée encore une fois pour mettre à notre disposition, votre métier consommé de l’encadrement des populations et d’anticipation pour nous permettre de réussir à organiser des élections crédibles et apaisées partout sur le territoire national ». A sa suite, Sourou Koné, Vice-président chargé des opérations électorales, a longuement expliqué le mode opératoire de ce scrutin au Corps Préfectoral. Entre autres informations, il a indiqué que les pièces autorisées pour le vote sont la Carte Nationale d’Identité ou la Carte Professionnelle et contrairement aux autres scrutins le marquage se fera également au stylo à l’encre indélébile. Des échanges fructueux ont suivis cet exposé. Enfin, Sidiki Diakité, Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, a invité les Préfets à être disponibles et sensibles aux requêtes de la Commission électorale.